Sur cette terre, nous avons marché ensemble.
Tous les rochers et souches étaient nos trônes d’un instant.
D’un cercle sur le sable, nous bâtissions notre royaume de partage.
L’âtre au centre de la maison devenait le berceau de nos rêveries.

N’éteignons pas ce feu sacré !
Au contraire.
Attisons les braises, pour nous rapprocher.

D’une terre sans personne : « No man’s Land »
Traversons les chemins : « Chemins de terres »
Sans téléphone, sans télévision ni journaux,
Juste nous !