Innocenti Laurence

https://thetimeshub.in/reactions-to-the-death-of-louis-pierre-bougie/769/

Biographie:

BIOGRAPHIE :

Études ENSBA de Saint Étienne Laurence vit entre Paris et Charente Maritime où elle a  installé son atelier

inspirations étonnantes et étrangeté

L’atelier, territoire du peintre
 » Dans l’atelier, solitaire, j’entre dans ma bulle de légèreté
Là, je commence mon « voyage immobile », en parcourant les champs de la toile et de l’esprit,
au travers de la matière et de l’imaginaire.
De beauté et d’amitié rêver

 

Ces images et ces mots sont venus à moi pendant ce temps de silence,

Silence sur terre

Couleur en terre, terre mère, terre père,
terre de calcaire, en bas,
Ciel légèreté, en haut.
Territoire, terroir, renaissance, renouveau, terre ocre dans les mains mon père.
Légumes, fruits, grappes venant de la terre
Rencontres et l’amitié, terreau de la vie.

« Hier j’ai quitté le monde urbain teinté de gris
Aujourd’hui je rencontre un monde de couleurs que m’offre la nature »

« Quand il est question de champs et de traverses »
Quand je rentre dans mon atelier, j’entre dans ma bulle de légèreté.
Là, je commence mon « voyage immobile » en parcourant les champs de la toile et de l’esprit, dans l’atelier, territoire du peintre, au travers de la matière et de l’imaginaire.
Voyager dans mon imaginaire pour essayer d’échapper au monde, accéder à l’équilibre, à l’harmonie et la simplicité. Et de beauté rêver

Le monde premier de Laurence Innocenti.

Appelons « formes » ce qui dans la peinture et l’oeuvre de Laurence Innocenti, par opposition une simple « matière » fournit le support de l’expérience esthétique.
Ce travail est une sorte de répertoire de formes pures et sensibles, de « réceptions » originales de l’espace et évidemment du temps qui le met en mouvement.
Ici l’espace n’est pas représentatif, il dérive d’expériences intérieures.
On a certaines sensations du bleu, du rouge, du jaune, du brun, du blanc provenant de lieux qui sont de partout et de nulle part : « In blue »,  » Ville »,  » Mur-murs »…
Les phénomènes étranges : griffures, traces, marques, sont déjà posés comme fondement aussi.
Cet espace sert de point de départ de toutes nos intuitions possibles des choses : mélancolie, joie, rêverie de retour et de départ.
Il est déterminé et rend envisageable tout le reste. Ce qui apparaît au regard et ce qui dépend de nous comme contemplateurs.
L’artiste ne tient donc pas de discours.
Elle crée un monde, des éléments assemblés, limités et paradoxalement d’une grandeur infinie.
Car la géométrie des formes aux propriétés synthétiques déborde le tableau.
Des cercles antérieurs de toute perception, des triangles purs et empiriques, des successions de carrés. Non pas des objets tangibles, mais des abstractions subjectives dont on a l’intuition.
La peinture de Laurence Innocenti fait enfin sienne une conception de l’univers qui nous en montre la réalité idéale et sensible.
Ce cosmos n’existe pas au sens propre.
Il faut l’accepter comme quelque chose de premier et de fondateur pour tout esprit vraiment vivant.
Quant à la temporalité vécue ici, elle n’est pas non plus extérieure à celui qui l’éprouve.
Le temps de ce parcours ne signifie rien d’autre alors que l’épreuve de notre interrogation sur nous-même.

Pierre Givodan

« Le carrefour du labyrinthe L’espace du tableau est une somme de parcelles en demi-teintes, bleues, jaunes, roses secrètement soudées. En l’absence de cadre, de perspective, l’oeil déambule, cherche une direction. La route monte et redescend, elle conduit au carrefour du labyrinthe.
Le monde paradoxalement morcelé et unifié de Laurence Innocenti est au repos. Il s’alourdit dans le grand silence de la peinture. Pas un brin de vent, pas de nuage non plus, mais des terres immobiles, des eaux profondes et endormies. Les blancs cotonneux, les gris ouatés, joyeux avec mesure, enchâssent des zones plus vivement teintées.
Sédiments et vestiges, air, lumière et couleurs, construisent les images fécondes d’un jardin où le temps s’est arrêté. Catherine Plassart

Des rencontres sur le chemin

Le travail de Laurence Innocenti s’élabore à partir de rencontres : mots, formes abstraites et figuratives, images d’objet. Le carré est un format qu’elle affectionne pour ses possibilités d’inversions, de nouveaux départs. L’artiste se confie toujours et encore à la logique de la peinture, à sa nécessité.
Bachelard a écrit « La rêverie d’un rêveur suffit à faire rêver tout un univers. Le repos du rêveur suffit à mettre au repos les eaux, les nuages, le vent fin. « 
Laurence Innocenti emploie le langage de la peinture avec subtilité et délicatesse, elle nous conduit sans accroc loin du bruit et de la vaine agitation, dans un espace poétique construit, singulier, un lieu d’air, de pierres et de sable
Catherine Plassard
ART POINT FRANCE – Art CONTEMPORAIN

 

Quelques expositions récentes en France et l’étranger

2019
ART EN CAPITAL COMPARAISONS Grand Palais Paris
‘’Naître dénaître renaître’’ avec Itinéraires-art-contemporain Paris
Le festival des arts actuels Ré à Oléron
Pul’sart Le Mans
Galerie 21 Toulouse
Galerie l’avant port Île de Ré et Paris

2018
Galerie ‘’L’art dans le ruisseau’’ Conhilac Corbières
Galerie Art Jonzac
Le festival des arts actuels Ré

2017 – 2015
Abbaye de Trizay ‘’Terra incognita’’ Trois artistes en quête d’imaginaire
RESONANCE : art roman/art contemporain les églises romanes en Saintonge
Symposium à knic Serbie
Galerie Ruffieux-Bril Chambéry
Galerie ART4 Caen
Galerie Art Aujourd’hui Paris
Ruffieux -Bril Chambéry
« La Galerie » Hossegor
Galerie Kent Istanbul

ART UP à Rouen, St’art Strasbourg, Lille Art-Fair avec galerie ART4 / Réalités Nouvelles Paris / Comparaisons / Biennale des 109 / MAC 2000

Musées et autres lieux

Musée de Cognac « XO3 Femmes » / Abbayes aux Dames de Saintes/ Abbaye de Trizay 2004 et 2017
Abbaye de Léhon, Dinard / Japon Nara, Centre culturel de Nagamaschi, avec la ville de Versailles
Japon musée d’art contemporain Nara / Manif à Séoul / Foire de Francfort / Contemporary Istanbul avec ART4
Foire de Zurich avec Signum éditions, livres d’artistes / « L’art en voyage » Pékin Chine